Lettre à notre chère république

Lire le texte Macron, et autres pions véreux dont les dents raillent tant le parquet qu’on sent aisément, à des kilomètres à la ronde, une agréable odeur de cire d’abeille se dégager de votre haleine putride, je vous adresse ici ma supplique. Cela fait désormais deux ans, un mois et trois jours que j’ai quitté […]

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut